Interviewer l'intervieweur.



















Aujourd'hui, Pascal Labouheure me fait l'honneur de me recevoir sur le blog de  Job Assistant. Job Assistant a pour mission de vous proposer tous les outils utiles à votre  recherche d'emploi (vous fixer des objectifs, des alertes pour des rendez-vous, gérer vos contacts, ...). Je vous invite à aller vite découvrir ses services.

J'adore faire un truc en entretien, interviewer mon intervieweur.
« Et vous alors, quel est votre parcours dans l’entreprise ? Comment êtes-vous arrivé jusqu’ici ? Racontez-moi, çà m’intéresse. »
Dans un entretien, un recruteur se pose grosso modo deux questions :

1/ Est-ce que vous pouvez faire le job ?

2/ Est-ce que j'ai envie de travailler avec vous ?

(3/ Putain, mais quand est-ce que çà se termiiiiiiiiine ? -- Ça c'est si vous êtes vraiment une grosse buse).

La première question a déjà été répondue, au moins partiellement, avant votre arrivée grâce à votre CV, et c'est pour çà que vous êtes en entretien. On pense que votre modeste personne fait l'affaire pour le job. On s'en assurera en entretien mais bon disons que vous n'êtes pas trop loin de la cible. Sauf si vous avez menti dans votre CV ce qui est mal, auquel cas vous mourrez par combustion spontanée sur la chaise de la salle d'attente au grand étonnement des autres candidats (ce sera bien fait pour vous, on vous aura prévenu, faut pas mentir dans son CV).

Non, la vraie question, celle à laquelle on ne peut qu'à peine répondre à la lecture de votre lettre de motivation et / ou CV, c'est bien la seconde : ai-je envie de voir votre trogne chaque matin dès 8 heures pour au moins les deux années à venir.

Et c'est ce qui doit faire le charme du métier de recruteur : on ne sait jamais trop sur quoi on va tomber quand on reçoit un candidat, un peu comme Forrest Gump et sa boite de chocolats.

Tout peut se dire en entretien pour peu qu'il aide le recruteur à répondre à l'une ou l'autre de ces deux questions : démontrer votre savoir-faire (question 1) ou votre savoir-être (question 2).

"Mais comment que cest-ti que je fais pour démontrer mon savoir-être ?" me demande-t-on au fond de la salle.

C'est là que j'en reviens à ma question du début : "Intéressez-vous sincèrement à la personne qui vous reçoit"
"Vous vous ferez plus d'amis en deux mois en vous intéressant sincèrement aux autres que vous ne pourriez en conquérir en deux ans en vous efforçant d'amener les autres à s'intéresser à vous. (...) L'individu qui ne s'intéresse pas à ses semblables est celui qui rencontre le plus de difficultés dans l'existence et nuit le plus aux autres." Comment se faire des amis et influencer les gens de Dale Carnegie.

Si vous questionnez votre interlocuteur sur son parcours :
  • vous lui donnez une chance de sortir du discours institutionnel : vous ne venez pas en entretien pour entendre la soupe institutionnelle d'une entreprise que vous pourriez lire sur son site Internet. L'entretien doit être un moment d'échange authentique entre deux personnes qui ne se connaissent pas.   Vous venez rencontrer de vrais gens qui seront certainement vos collègues de travail. Ce qu'il vous faut c'est un brise glace qui va ouvrir sur une discussion franche.
  • vous déstressez votre interlocuteur en le faisant parler d'un sujet qu'il connait bien : lui. Ne surestimez jamais le degré de confiance de la personne qui vous reçoit. Il y a de grande chance-  et surtout si c'est un opérationnel - que votre intervieweur soit complètement paniqué à l'idée d'être en face de vous parce que peu rodé à cet exercice. Contrairement à vous qui excellez dans l'art d'être interviewé, vu que vous enchaînez les entretiens chaque jour de la semaine. Ahahah. Ahah. Ah.
  • vous donnez au recruteur de l'importance :  chacun a un désir d'importance à satisfaire. Ne doutez pas que votre recruteur aime au moins autant que vous parler de lui-même, sinon plus.
"Mais et si le recruteur me demande ce que çà peut bien me foutre de connaître son parcours ?"

Dans ce cas, inspirez un bon coup, souriez et expliquez lui simplement :
"La raison pour laquelle je vous pose cette question ?  J'ai de l'ambition, et je pense que vous poser cette question est une façon pour moi de comprendre de quelle façon on peut évoluer dans votre entreprise."
Et s'il insiste à ne pas vouloir vous répondre ?

C'est qu'il est con.

Dans ce cas, repérez l'issue de secours la plus proche, tentez une diversion "Oh un ours derrière vous" , et courrez loin, loin, loin ... (avant l'entretien mémorisez ce dessin, on sait jamais).


Si on ne sait pas vous répondre à une question polie, vous aurez au moins gagné une chose : vous aurez vu le vrai visage de l'entreprise en entretien, plutôt que d'attendre d'être recruté pour vous en apercevoir.

Merci qui ?




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...